Rechercher

Les pathologies associées à l'alimentation compulsive : obésité, diabète, dépression...



Découvre mon accompagnements de 3 mois sur l'alimentation compulsive



Tu peux également écouter l'épisode de podcast associé à cet article sur Spotify ou Apple Podcasts.


Je voudrais commencer cet article en précisant que je ne porte ici AUCUN jugement.


Mon objectif n'est en aucun cas de porter un jugement de valeur ni de provoquer de la peur.


Ma mission est de t'informer sur les risques, les conséquences, les signes et les pistes de thérapies possibles de ce trouble alimentaire qui, en réalité, est une pathologie mentale. Et ce n'est en aucun cas un gros mot !


Si j'avais envie de te parler des pathologies associées à l'alimentation compulsive c'est pour que tu puisses avoir conscience des effets néfastes que cela peut avoir non seulement sur ta santé physique mais aussi sur ta santé mentale.


Je sais que tu as tendance à te concentrer sur ton poids et que la principale raison pour laquelle tu as envie de guérir c'est pour perdre du poids.

Mais l'alimentation compulsive a bien d'autres conséquences et peut créer bien d'autres troubles et pathologies que des kilos en trop.


Si j'en parle ici c'est également pour permettre aux parents de se poser des questions par rapport au comportement alimentaire de leurs enfants. L'alimentation compulsive n'est souvent pas diagnostiquée car elle est régulièrement identifiée comme une "addiction" à la nourriture.


Si tu lis cet article et que tu as des enfants en surpoids ou qui souffrent des pathologies que je mentionne, je t'invite à faire attention à leur comportement alimentaire et ce qu'il cache. Je t'invite à aller plus loin que le simple constat d'un fait et de te demander "pourquoi".


Pourquoi mon enfant est-il en surpoids ? Pourquoi ressent-il le besoin de manger autant de manière incontrolée ? Quel rôle joue l'alimentation pour lui ?


Le surpoids et l'obésité


Les personnes faisant l'expérience d'alimentation compulsive sont plus à risque d'être en surpoids ou en situation d'obésité. En effet, ce trouble du comportement alimentaire ne donne pas lieu à des évènements compensatoires comme des vomissements ou l'utilisation de laxatifs.


Étant donné que ce trouble se caractérise par l'ingestion d'une quantité très importante de nourriture sur une courte période de temps, nourriture qui n'est pas éliminée autrement que de manière naturelle, cela représente un apport calorique largement supérieur aux besoins réels de la personne.


L'obésité et le surpoids peuvent donc être des indicateurs clés de l'alimentation compulsive. De plus, les personnes obèses ont plus de risques de développer des maladies cardiovasculaires, des AVC et un diabète de type II. C'est d'ailleurs une des causes majeurs de décès dans le monde.


Le diabète de type II


Le diabète correspond à un excès durable de glucose dans le sang (ou hyperglymie). Le diabète de type 2 correspond à une perturbation du métabolisme des glucides.


Les hyperglycémies à répétition causées par l'ingestion d'aliments à indice glycémique élevé durant les crises de compulsions vont favoriser l'apparition du diabète de type 2 sur le long terme. En effet, lors d'un pic de glycémie le corps secrète de l'insuline afin de ramener le taux de sucre dans le sang à un niveau normal. Mais quand le taux de sucre dans le sang est au dela de son taux normal de manière répétée, l'insuline est sécrétée de manière excessive ce participe a épuiser le pancréas sur le long terme. De plus, les cellules finissent pas s'adapter et deviennent résistantes à l'insuline.


Comment s'en prémunir ?

  1. pratiquer une activité physique régulière

  2. avoir une bonne gestion du stress permettant de réguler la glycémie

  3. faire attention à la consommation d'aliments à IG élevé

  4. éviter les pics de glycémie au réveil en évitant les aliments trop sucrés

Si tu veux en savoir plus sur les bases de l'alimentation santé, télécharge mon e-book sur le sujet ICI !


Les maladies cardiovasculaires


En plus des risques accrus de surpoids, d'obésité et de diabète de type 2 qui favorisent l'apparition de maladies cardiovasculaires, les aliments ingérés lors de crises sont généralement des aliments ultra-transformés contenant des graisses transformées, du sucre ajouté et beaucoup de sel. Autant d'éléments qui favorisent l'apparition de maladies cardiovasculaires.


La dépression


C'est sans doute la pathologie/conséquence dont j'ai le plus envie de te parler. Pourquoi ?

Parce que les troubles d'ordre mental ne se voit pas ou peu.


Parce qu'on est encore bien trop concentré sur le physique et qu'on ne se rend pas compte des conséquences mentales de nos comportements (alimentaires ou non).


Parce que la santé mentale est un sujet encore trop peu discuté en France.


Comme mentionné dans l'article de la semaine dernière, une mauvaise estime de soi est un facteur potentiel de déclenchement de l'alimentation compulsive. Les crises qui en découlent créent un fort sentiment de perte de contrôle et de culpabilité. Cette perte de contrôle conduit à une diminution de la confiance en soi, à un sentiment de honte et au dégradement de l'estime de soi. La boucle et bouclée et le cercle vicieux infernal se perpétue.


Les troubles alimentaires sont avant tout des troubles mentaux qui procurent un fort sentiment de détresse.


Plusieurs études ont démontrées la corrélation entre la dépression et l'alimentation compulsive ou l'hyperphagie. Par exemple, une étude a demontré que les personnes souffrant d'obésité ET d'alimentation compulsive avaient un taux de dépression et d'anxiété bien plus important que les personnes obèses ne faisant pas l'expérience d'alimentation compulsive.


De plus, c'est une corrélation qui va dans les deux sens. L'alimentation compulsive peut conduire au développement de la dépression tout comme la dépression peut conduire au développement de l'alimentation compulsive.


Il est cependant important de garder en tête que l'alimentation compulsive est multifactorielle et dépend donc de différentes variables. Souffrir de dépression ne signifie donc pas systématiquement le développement d'un trouble alimentaire tout comme souffrir d'un trouble alimentaire ne signifie pas automatiquement souffrir de dépression. Ce sont cependant des co-facteurs aggravants.


Le mot de la fin


L'alimentation compulsive ou l'hyperphagie va au dela de la prise de poids. La prise de poids est un indicateur important car c'est celui qui est le plus visible et peut donc permettre de mettre sur la piste d'un potentiel trouble alimentaire. Cependant, une fois la prise de poids identifiée, il est essentiel de se poser des questions sur ton état de santé mentale et la cause réelle de cette prise de poids.


Ce trouble peut avoir de lourdes conséquences sur ta santé physique et mentale. C'est pour quoi il est important que tu travailles sur les causes profondes afin de retrouver un rapport serein avec ton alimentation.


Si tu as besoin d'aide, réserve ton appel de découverte ICI.





23 vues0 commentaire