Rechercher

Pourquoi je mange mes émotions ?


Es-tu régulièrement stressée ou anxieuse ?


As-tu l'impression de manger davantage dans des situations d'émotions intenses ?


As-tu tendance à manger plus gras ou plus sucré quand tu te sens submergée ?


Si tu es dans un ou plusieurs de ces cas de figure, tu t'es sans doute déjà dit que tu mangeais tes émotions ! Pas de panique... on est beaucoup dans ce cas ! Mais alors pourquoi ?


Qu'est-ce qui nous pousse à manger nos émotions et à faire des crises de compulsions alimentaires ? C'est justement la question à laquelle j'essaie de répondre dans cet article et l'épisode de podcast associé.


Si tu penses avoir besoin d'être accompagnée pour mieux vivre tes émotions et ne plus te jeter sur la nourriture à la moindre contrariété ou au moindre coup de stress, remplis le formulaire ci-dessous pour en discuter avec moi. Je te contacterais dans les prochaines 24h :)




Tu manges pour satisfaire un besoin...


Manger de manière compulsive est la façon que ton corps a de t'indiquer que tu essaies de répondre à un besoin qu'il soit physique, mental ou émotionnel.

  • Besoin physique : tu as faim ! Étant donné que tu manges de manière compulsive, il est fort probable que tu te restreignes sur tes repas. De ce fait, tu attends d'avoir extrêmement faim pour manger de nouveau et tu n'arrives pas à te réguler au cours de ton repas. Pour cela, je te recommande de manger régulièrement dans la journée : 3 repas et 2 ou 3 collations.

  • Besoin mental/psychologique : le besoin de sécurité par exemple. Si un ou plusieurs de tes besoins psychologiques ne sont pas satisfaits, il se peut que tu essaies de chercher ce dont tu as besoin dans la nourriture comme le sentiment de sécurité.

  • Besoin émotionnel : le stress, l'anxiété, la tristesse... autant d'émotions qui peuvent déclencher un désir de manger pour te soulager. Tu vois la nourriture comme une échappatoire en pensant que les aliments essentiellement gras et sucrés vont pouvoir apaiser tes émotions désagréables. Si c'est le cas sur le court terme, et on verra plus bas pourquoi, ce n'est pas durable...

Il est donc essentiel de prendre conscience que les crises de compulsions alimentaires sont liées à un ou plusieurs besoins non satisfaits !


Mais donc pourquoi tu manges pour combler ses besoins autres que la faim ? En effet, le seul besoin que la nourriture peut combler est la faim.


1/ Tu n'as pas conscience du besoin que tu essaies de satisfaire


Il est tout à fait possible que tu n'aies pas conscience que tu manges de manière compulsive et/ou émotionnelle pour essayer de satisfaire un autre besoin que la faim...


Beaucoup de personnes qui mangent sous le coup des émotions ressentent réellement la faim. Ce n'est pas une faim physiologique mais une faim psychologique ou émotionnelle. Il peut parfois être difficile de faire la différence... Tu as réellement faim de quelque chose mais ce n'est pas de nourriture.


Ou alors, il est possible que tu aies conscience de ne pas avoir faim mais que tu n'arrives pas à identifier le besoin auquel tu essaies de répondre.


La première étape serait alors d'identifier à quel.s besoin.s tu essaies de répondre en mangeant de cette manière.


2/ Tu n'as pas appris à faire autrement...


Depuis notre naissance, nous associons l'acte de nous alimenter au plaisir.


Lorsqu'une mère nourrit son enfant au biberon ou au sein, c'est un moment où le bébé se sent en sécurité, c'est un moment privilégié d'amour et de plaisir. Tu vois donc que cette association se fait très tôt !


Il est aussi fort probable que tes parents te promettaient un gâteau ou des bonbons si tu étais sage lors d'un repas de famille ou d'une sortie au cinéma !


Cela fait donc partie de ton conditionnement... ton cerveau a créé des connexions et a fait des associations ! Alimentation = plaisir = je mange quand je ressens une émotion agréable ou désagréable. S'il n'y a absolument rien de mal à manger en réaction à des émotions de manière spontanée et ponctuelle, cela peut avoir des conséquences importantes si ça devient ton unique moyen de vivre tes émotions.


En effet, cette solution à court terme fait réellement du bien sûr le moment mais ne dure pas. C'est-à-dire que si tu n'identifies pas et ne travailles pas sur les éléments de base qui ont déclenché cette émotion désagréable et que tu la fais taire en mangeant, celle-ci reviendra et ce d'autant plus fort.


Manger 1 ou 2 carrés de chocolat après une journée intense quand tu sais que tu manges pour soulager le stress mais que tu sais d'où ce stress provient et que tu y travailles en parallèle, OUI !


Mais c'est en mangeant la plaquette entière ou le paquet de chips pour soulager tes émotions intenses pour lesquelles tu n'as pas identifié la cause que cela risque de créer des soucis plus importants d'ordre physique ET mental.


Il est donc peut-être nécessaire de te déconditionner et te reconditionner pour créer de nouvelles connexions dans ton cerveau - car oui c'est possible, le cerveau est très flexible - et ainsi apprendre à vivre tes émotions autrement qu'avec ton alimentation.


3/ C'est la solution de facilité


Et attention, je ne porte aucun jugement là-dessus. C'est tout à fait humain !


L'Homme cherche avant tout 2 choses :

  1. Maximiser son plaisir

  2. Minimiser sa souffrance


Tout ce que l'on fait dans nos vies est pour répondre à ces 2 besoins ! On cherche à être bien, tout simplement.


Et comme on sait que manger nous procure du plaisir, plutôt que d'aller chercher l'origine d'une émotion désagréable, ce qui requiert du travail et des efforts, on préfère aller directement au plaisir et au réconfort que l'on sait que l'on trouvera dans la nourriture.


Il est plus facile (sur le court terme) d'aller chercher un gâteau ou des bonbons dans son placard pour se sentir mieux de manière instantanée plutôt que de prendre le temps de se poser, d'accueillir et d'accepter cette émotion. Pour beaucoup d'entre nous, la charge mentale que l'on subit au quotidien dans notre vie professionnelle et personnelle est déjà telle que l'on ne veut pas (et à juste titre) en ajouter davantage.


Car c'est une réalité, l'alimentation, ou plutôt l'émotion que l'on associe à l'acte de s'alimenter nous fait du bien. Pourquoi ? Entre autres parce que l'acte de manger active le circuit de la récompense un peu comme le font la drogue ou l'alcool.


Comment faire pour ne pas céder à cette solution de facilité ?

  1. Réduire ta charge mentale : méditer, mieux organiser tes tâches, faire une chose à la fois...

  2. Prendre conscience que manger tes émotions est bénéfique à court terme mais néfaste à ton bien-être sur la durée puisque cela te coupe de tes émotions et du message qu'elles souhaitent t'envoyer

  3. Faire une liste d'autres activités qui te font du bien et qui te procurent du plaisir


4/ L'alimentation a réellement un impact sur la chimie de ton cerveau...


De plus en plus d'études réalisent des recherches sur l'impact de notre alimentation ou de l'acte de s'alimenter sur notre cerveau.


Il faut ici distinguer 2 choses :

  1. L'impact des aliments : certains aliments de par leurs nutriments vont favoriser la sécrétion d'hormones et de neurotransmetteurs du bien-être. C'est le cas par exemple des aliments riches en tryptophane qui permettent la sécrétion de sérotonine, le neurotransmetteur qui participe à lutter contre la dépression, l’anxiété, à équilibrer l’humeur et à limiter les envies de sucre. Mais pour que cela soit efficace, il faut que l'aliment ait le temps d'être digéré et que les nutriments aient le temps d'être assimilés. Ce n'est donc pas suffisant pour expliquer le sentiment de bien-être instantané que procure la nourriture lorsque l'on mange pour apaiser une émotion. C'est là que rentre en compte l'influence de l'acte alimentaire. Certaines recherches mettent également en avant l'impact du sucre et du gras sur notre cerveau. Ceux-ci auraient la capacité de provoquer des modifications cérébrales. Le sucre pourrait par exemple générer des modifications dans le striatum, une zone du cerveau responsable du renforcement des comportements. Aussi bien que quand cette zone est activée par le sucre et que la dopamine est libérée, cela nous incite à reproduire ce même comportement.

  2. L'impact de l'acte alimentaire : le simple fait de manger nous procure du plaisir. L'anticipation de consommer certains aliments dont on aime le goût suffirait à modifier les réactions chimiques de notre cerveau. Certaines recherches montrent même que l'acte de s'alimenter peut provoquer des changements similaires à une addiction !


Alors comment faire pour ne plus manger ses émotions de manière systématique ?


  1. Consommer des aliments qui favorisent la sécrétion de neurotransmetteurs et d'hormones du bien-être

  2. Avoir une alimentation qui favorise le bon équilibre du microbiote

  3. Faire une liste d'activités qui procurent du plaisir comme l'activité physique qui libère des endorphines

  4. Apprendre à identifier le ou les besoins fondamentaux auxquels tu essaies de répondre en mangeant

  5. Apprendre à accueillir, écouter, accepter et libérer tes émotions


J'espère que cet article t'aura plu et t'aura apporté tes clés pour mieux comprendre pourquoi tu manges tes émotions ainsi que des astuces pour mieux les vivre !


Pour découvrir mon approche et mes services, je te donne rendez-vous sur mon site internet :